Canada ou Cannada?

Canada ou Cannada? 1

À compter de mercredi, la vente de marijuana Ă  des fins rĂ©crĂ©atives commencera au Canada Ă  la suite d’une loi adoptĂ©e au cours de l’Ă©tĂ©.

La loi dit qu’au Canada, toute personne ĂągĂ©e de plus de 18 ans est autorisĂ©e Ă  possĂ©der de la marijuana, Ă  condition qu’elle pĂšse moins de 30 grammes – un peu plus d’une once. Les Canadiens peuvent Ă©galement cultiver jusqu’Ă  quatre plants de marijuana dans leur maison et acheter chez un dĂ©taillant sous rĂ©glementation provinciale.

Le pays a eu des mois pour prĂ©parer l’entrĂ©e en vigueur de la loi. La Chambre des communes et le SĂ©nat ont approuvĂ© la lĂ©galisation en juin et ont par la suite prĂ©vu l’entrĂ©e en vigueur de la loi mercredi.

Le fait de criminaliser le cannabis dans les annĂ©es prĂ©cĂ©dentes “a permis aux criminels et au crime organisĂ© d’en tirer profit, tout en n’empĂȘchant pas les jeunes Canadiens de se procurer du cannabis “, a dĂ©clarĂ© le gouvernement dans un communiquĂ© de presse l’an dernier. Le ministĂšre de la Justice du Canada affirme qu’historiquement, la majoritĂ© des infractions liĂ©es Ă  la drogue dĂ©clarĂ©es par la police concernaient la marijuana.

Le gouvernement du Canada supervisera la production et la fabrication du médicament. Les gouvernements provinciaux et municipaux ont le contrÎle du commerce de gros et pourront également établir des lois sur la consommation publique.

Dans les provinces qui ne disposent pas d’un cadre de vente au dĂ©tail rĂ©glementĂ©, les Canadiens peuvent acheter de la marijuana en ligne auprĂšs d’un producteur titulaire d’une licence fĂ©dĂ©rale avec “livraison sĂ©curisĂ©e Ă  domicile”.

“Les provinces apprendront les unes des autres, les municipalitĂ©s apprendront les unes des autres “, a dĂ©clarĂ© l’ancienne vice-premiĂšre ministre Anne McLellan en septembre dernier.

McLellan a ajoutĂ© que les premiĂšres recettes fiscales provenant des ventes de cannabis seront utilisĂ©es pour la recherche sur le traitement de la toxicomanie, pour les ressources et les traitements en santĂ© mentale et pour l’Ă©ducation du public sur la drogue.

“Lorsque nous avons visitĂ© des États amĂ©ricains qui ont lĂ©galisĂ© la marijuana, nous avons entendu dire qu’il Ă©tait trĂšs important de sortir et d’Ă©duquer le public”, a-t-elle dit.

M. McLellan a indiquĂ© que les premiĂšres estimations du gouvernement concernant l’utilisation dans le pays de 36 millions de tonnes vont de 650 000 Ă  900 000 tonnes sur une base annuelle. Un rapport de Deloitte estime que le marchĂ© canadien de la marijuana dĂ©passera les 7 milliards de dollars d’ici 2019.

“Je crois que le gouvernement du Canada est prĂȘt”, a dit M. McLellan.

Le premier ministre Justin Trudeau a dit aux journalistes la semaine derniĂšre qu’il examinerait la possibilitĂ© de gracier les Canadiens reconnus coupables de possession de cannabis. Avant l’entrĂ©e en vigueur de la nouvelle loi, la simple possession de la drogue Ă©tait passible d’amendes pouvant atteindre 1 000 $ et de six mois d’emprisonnement.

Le Canada n’est que le deuxiĂšme pays au monde Ă  lĂ©galiser l’usage rĂ©crĂ©atif de cette drogue. L’Uruguay est devenu le premier en 2013.