Reclassement du cannabis: l’OMS favorable

Reclassement du cannabis: l'OMS favorable 1

Les traités internationaux relatifs aux drogues entravent depuis longtemps la réforme du cannabis au niveau national. Mais dans ses nouvelles recommandations, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dit qu’il est temps de changer de cap sur la façon dont les Nations Unies classent le cannabis.
C’est le signe que le monde réalise les bienfaits pour la santé d’une plante qui, pendant des décennies, a été considérée comme un médicament dangereux. Les réformistes du monde entier n’ont pas tardé à applaudir la nouvelle. Il est pour l’heure encore trop tôt pour crier victoire car il reste de nombreuses obstacles juridiques et légaux à franchir avant que cette substance soit classée correctement par les différents pays européense, rarement unanimes sur de tels sujets.

“C’est le meilleur résultat que l’OMS ait pu obtenir “, a déclaré Kenzi Riboulet Zemouli, responsable de la recherche à For Alternative Approaches to Addiction Think & Do Tank (FAAAT), une organisation à but non lucratif basée à Paris. Dans une déclaration, Riboulet Zemouli a qualifié la recommandation de ” début d’un nouveau cycle axé sur les données probantes et la santé pour la politique internationale du cannabis “.

Les recommandations de l’OMS demandent que le cannabis et ses composants chimiques soient reclassés dans le cadre d’accords internationaux sur les drogues. Ils recommandent que le cannabis végétal entier ainsi que la résine de cannabis soient supprimés de la catégorie la plus restrictive (Annexe IV) d’une convention internationale sur les drogues de 1961.

(Contrairement au Controlled Substances Act des États-Unis, qui qualifie les drogues les plus restreintes d'”annexe I “, le traité de l’ONU définit l’annexe IV comme sa catégorie la plus restreinte et l’annexe I comme la moins restreinte).

Ces recommandations ont été formulées dans une lettre du 24 janvier adressée par le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, au Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres. La lettre n’a pas été officiellement rendue publique, mais les partisans de la réforme du médicament l’ont distribuée vendredi.

Reclassement du cannabis: l'OMS favorable 2
extrait de la lettre de l’OMS

Reclassement du cannabis: l’OMS prudente

Les recommandations font également écho aux conclusions antérieures de l’OMS selon lesquelles le cannabidiol pur (CBD) ne devrait pas du tout être inscrit aux annexes des conventions internationales sur les médicaments, recommandant l’ajout d’une disposition qui se lirait comme suit : “Les préparations contenant principalement du cannabidiol et pas plus de 0,2 % de delta-9-tétrahydrocannabidiol ne sont pas placées sous contrôle international.”

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration a émis un avis similaire, suggérant l’année dernière dans une lettre interne que la CDB “pourrait être soustraite au contrôle ” en vertu de la Loi sur les substances contrôlées. Les responsables de l’Administration de la lutte antidrogue, cependant, auraient indiqué que la convention de 1961 de l’ONU ferait obstacle à la suppression de l’inscription au calendrier de la CDB par le gouvernement fédéral. Cela fait d’ailleurs écho aux récentes annulations des condamnations liées à l’usage de cannabis normal par certains états Américains.

Par ailleurs, certains état américains vont encore plus loin, et ils ont carrément légalisé la substance à des fins de consommation personnelles. Bien sûr, une ‘carte d’usager’ est toujours nécessaire afin de retirer le produit en officine de façon légale et transparente.

L’adoption des recommandations de l’OMS pourrait ouvrir la voie à de nouvelles réformes américaines autour de la CDB. Bien que les produits contenant le cannabinoïde soient largement disponibles en ligne et dans les magasins à travers le pays, leur légalité est encore incertaine.

Depuis cette prise de position officielle, on constate une certaine effervescence des organes de régulation de divers pays européens. Si ce sont des avancées encourageantes, il reste du chemin à parcourir avant que le cannabidiol soit largement accepté par la population. Ne nous voilons pas la face, son origine sulfureuse n’y est probablement pas étrangère.

source: leafly.com