Le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile: étude

Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile

Ce n’est pas un mystère, le CBD intéresse de plus en plus le monde scientifique. L’épilepsie est une maladie courante qui semble pouvoir être combattue avec le cannabidiol. Voici une étude très détaillée qui permet d’offrir de nouvelles perspectives sur le traitement de cette pathologie qui touche plus de 600’000 personnes en France.

Le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile, un espoir pour les patients?

Contexte : L’intérêt pour le cannabidiol (CBD) pour le traitement de l’épilepsie a augmenté au cours des dernières années. Cependant, les attitudes des praticiens concernant l’utilisation de la CDB pour le traitement de l’épilepsie semblent divisées et les données sur son utilisation clinique dans la pratique quotidienne ne sont pas disponibles.

Objectif : Améliorer les connaissances sur l’utilisation actuelle de la CDB parmi les praticiens européens traitant les enfants et les adolescents atteints d’épilepsie.

Méthodes : Enquête transversale utilisant un questionnaire en ligne à accès libre pour les médecins traitant des enfants ou des adolescents épileptiques dans huit pays européens de décembre 2017 à mars 2018.

Résultats : Cent cinquante-cinq médecins ont participé au sondage. La CDB est de plus en plus utilisée par 45% (69/155) des participants, traitant un nombre moyen de 3 (1-35) avec la CDB. Seulement 48 % des participants prescrivant du CBD utilisent exclusivement du CBD purifié pour traiter les enfants et les adolescents épileptiques, le reste appliquant également des préparations contenant du delta9-tétrahydrocannabinol (THC). Les doses quotidiennes déclarées de CBD varient de < 10 à 50 mg/kg de poids corporel. La prise en charge du traitement par la CBD en ce qui concerne la surveillance des effets secondaires et l’ajustement du traitement concomitant varie considérablement d’un participant à l’autre. Leur principal objectif pour commencer la CDB est d’améliorer la qualité de vie des patients. Les participants reçoivent fréquemment des demandes de renseignements sur le traitement de la CDB, mais seulement 40 % d’entre eux peuvent suggérer activement la CDB comme option de traitement. Sur les 85 participants qui n’utilisent pas actuellement la CDB pour le traitement de l’épilepsie, 70 % envisageraient d’utiliser la CDB si elle était disponible dans leur pays de pratique ou s’ils avaient l’occasion de se familiariser avec cette option thérapeutique.

Conclusions : La CDB est de plus en plus utilisée par les médecins participants (souvent sous forme de patches), mais l’expérience individuelle reste limitée. Les opinions sur l’utilisation de la CDB pour traiter l’épilepsie chez les enfants et les adolescents sont très diverses et les points de vue sur la façon de gérer le traitement de la CDB sont très différents.

Mots-clés : cannabidiol, cannabinoïdes, CBD, enfants, EEG, électroencéphalogramme, électroencéphalogramme, épilepsie, convulsions


Introduction

Le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile est porteur de grands espoirs de la part du monde scientifique. C’est un cannabinoïde actif sans effets psychotropes et sans risque d’abus, a récemment suscité de l’intérêt comme option thérapeutique pour l’épilepsie intraitable (1).

Le CBD montre une efficacité antiépileptique dans les modèles de crises aiguës et chroniques chez les rongeurs, mais les mécanismes d’action précis ne sont pas encore clairement définis (2-4). Les données cliniques à l’appui de l’utilisation de la CDB se limitent à des séries de cas rétrospectives (5-7), à des études ouvertes (8, 9) et à deux essais contrôlés randomisés chez des enfants atteints du syndrome de Dravet et de Lennox-Gastaut (10, 11).

Des changements récents dans le statut juridique du cannabis médical dans plusieurs pays européens ont rendu la CDB plus accessible aux professionnels de la santé (12). Cependant, les attitudes des praticiens concernant la consommation de cannabis médical en général et de CBD pour le traitement de l’épilepsie en particulier semblent divisées (13, 14) et les données sur son utilisation clinique dans la pratique quotidienne ne sont pas disponibles.

L’objectif de cette enquête transversale était d’améliorer les connaissances sur l’utilisation actuelle de la CDB parmi les praticiens européens traitant les enfants et les adolescents épileptiques. Nous avons examiné les attitudes des praticiens à l’égard de l’utilisation de la CDB, les aspects pratiques du traitement médicamenteux, c’est-à-dire la posologie, la prise en charge des effets secondaires et des médicaments concomitants, et l’objectif du praticien de commencer un traitement à la CDB.

En outre, les indications perçues ainsi que les limites de l’utilisation de la CDB et les questions juridiques liées à la prescription de cannabinoïdes à des fins médicales et au remboursement des coûts du traitement ont été évaluées.


Méthodes

Nous avons développé un questionnaire structuré et stratifié à l’aide d’un outil d’enquête en ligne (SurveyMonkey) et avons invité les médecins qui traitent des enfants et des adolescents épileptiques dans huit pays européens différents à participer. Les participants potentiels ont été identifiés par le biais des sous-chapitres régionaux de la Ligue internationale contre l’épilepsie et des pages d’accueil des organisations épileptiques nationales respectives. Nous nous sommes adressés aux participants potentiels soit en les contactant directement, soit en utilisant des listes de diffusion.

L’enquête a commencé par des questions sur les qualifications professionnelles du praticien, son expérience dans le traitement des patients épileptiques pédiatriques et son expérience antérieure dans l’utilisation de la CBD pour l’épilepsie dans l’enfance.

On a demandé aux participants qui utilisaient la CDB pour traiter l’épilepsie infantile de fournir des renseignements sur les sujets suivants : année de la première utilisation et nombre total de patients traités par la CDB, objectifs du traitement, posologie, surveillance et gestion des médicaments concomitants et des effets secondaires de la CDB, indications, limites et contre-indications de l’utilisation. En outre, l’interaction avec les patients et les soignants concernant l’initiation de la CDB, la réglementation législative dans le pays du participant à l’enquête, le remboursement des coûts de traitement et l’utilisation de cannabinoïdes autres que la CDB pour l’épilepsie dans l’enfance a été examinée.

Pour les médecins qui ne traitaient pas des patients atteints de CBD, l’enquête s’est poursuivie avec des questions sur les raisons de s’abstenir de l’utiliser et des questions sur l’attitude personnelle envers la CBD pour le traitement de l’épilepsie en général. Enfin, on s’est enquis de l’utilisation thérapeutique d’autres cannabinoïdes et de l’utilisation potentielle de la CDB, étant donné que tout obstacle potentiel pourrait être résolu. Le questionnaire est disponible en tant que matériel supplémentaire.

L’analyse statistique descriptive a été réalisée avec GraphPad Prism (V. 5.02, GraphPad Software, San Diego, CA, USA). Les variables catégorielles sont présentées en nombres absolus et en pourcentages et les données quantitatives sous forme de moyenne et d’écart-type ou d’intervalle médian et interquartile ou d’intervalle, le cas échéant. Les dénominateurs sont basés sur le nombre de réponses pour une question donnée.

Résultats

Cent cinquante-cinq médecins traitant des enfants et adolescents épileptiques de huit pays européens différents ont participé à l’enquête (tableau 1.1). Les participants sont qualifiés comme neurologues pédiatres certifiés (110/155), neurologues (n = 36) ou pédiatres généralistes (n = 9). Soixante-huit pour cent de tous les participants (106/155) ont terminé une formation officielle en épileptologie. Soixante-sept pour cent de tous les participants sont affiliés à un service de neurologie ou de neurologie d’un établissement médical (104/155), 25 % travaillent dans un centre spécialisé en épilepsie (38/155), 3,5 % dans un hôpital pédiatrique général (6/155) et 4,5 % exercent en pratique privée (7/155).

Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile
Nombre de participants à l’étude (par pays)

Dans l’ensemble, 45 % (69/155) des répondants ont déclaré utiliser ou avoir utilisé la CDB pour traiter l’épilepsie pendant leur enfance. La première utilisation de la CDB pour cette indication a eu lieu en 2000, mais elle n’a augmenté que récemment (Figure 1).1). Le CBD est utilisé non seulement par les épileptologues des centres spécialisés dans l’épilepsie (19/38), mais aussi par les participants travaillant dans un service de neuropédie/neurologie (46/104) ou par ceux travaillant dans un cabinet privé (2/7) ou un service pédiatrique général (3/6).

Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile
Participants par première année de traitement

Le nombre médian (intervalle) de patients traités par le CBD par médecin prescripteur du CBD jusqu’à ce jour est de 3 (1-35) (Figure (Figure2).2). La plupart des participants (64 %) entreprennent un traitement de la CDB en fonction d’une décision individuelle au cas par cas, 21 % des participants utilisent la CDB presque exclusivement dans le cadre d’essais cliniques et seulement 14 % des participants suivent un protocole ministériel normalisé de traitement de la CDB.

Selon notre enquête, environ 81 % du nombre total de patients (n = 356) des participants prescripteurs de la CDB ont été traités en dehors des essais cliniques. Quatre-vingt-dix pour cent des participants appliquent des préparations purifiées de CBD qui ne sont disponibles que sur ordonnance, dans ce cas, la préparation est dispensée par une pharmacie institutionnelle (73 % des cas) ou fabriquée par une société pharmaceutique autorisée.

Cependant, 16 % des praticiens utilisent des préparations en vente libre pour traiter l’épilepsie au CBD. Seulement 48 % des participants utilisent exclusivement du CBD purifié pour traiter les enfants et les adolescents épileptiques, les autres utilisent également du delta9-tétrahydrocannabinol (THC) ou des préparations combinées TCH-CBD (Figure 33).

Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile
Nombre de patients v. nombre de participants
Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile
type de molécules utilisées v. nombre de participants

Pour la plupart des participants prescrivant le CBD (n = 49), le calcul de la dose quotidienne de CBD est basé sur le poids corporel sans dose maximale supérieure, la plage de dose était < 10 à 50 mg/kg de poids corporel par jour. Toutefois, alors que 73 % des participants ont déterminé que 10 à 25 mg/kg de poids corporel constituait la dose cible finale de la CDB, 24 % visaient une dose cible finale inférieure à 10 mg/kg et seulement deux participants ont prescrit des doses supérieures à 25 mg/kg de poids corporel par jour. Quatorze participants se réfèrent à une dose maximale admissible de CBD par jour. Toutefois, neuf de ces participants n’ont pas pu préciser cette dose maximale admissible et la dose médiane (plage) maximale admissible pour le reste (n = 5) était de 600 (300-1 500) mg de CBD par jour, peu importe le poids corporel du patient. Le CBD est habituellement administré en deux ou trois doses uniques par jour et la posologie est graduellement augmentée par tous les répondants.

Pendant le traitement de la MDC, des tests de la fonction hépatique sont régulièrement effectués par 72 % des participants, par 15 % seulement en cas de symptômes cliniques ou de traitement concomitant au valproate et 13 % n’effectuent aucun test de la fonction hépatique du tout. Les concentrations sériques de CBD sont rarement mesurées pour ajuster la dose de traitement (n = 5). Les stratégies de prise en charge des antiépileptiques concomitants sont présentées au tableau 22.

Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile
Gestion des traitements anticonvulsifs après le début du traitement au cannabidiol

La grande majorité des praticiens utilisant le CBD pour le traitement de l’épilepsie (n = 50) n’utiliseraient le CBD que chez les patients présentant une pharmacorésistance prouvée. Le spectre des objectifs du traitement lors de l’initiation de la CDB est donné à la Figure 4.4. Fait remarquable, l’objectif premier semble être l’amélioration de la qualité de vie du patient. Si les objectifs du traitement ne sont pas atteints, les participants cesseraient le traitement de la CDB après une médiane (IQR) de 12 (12-20) semaines.

Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile
Buts du traitement par nombre de participants. (amélioration qualité de vie, réduction des convulsions, etc..)

Les contre-indications perçues pour commencer un traitement de la CDB en cas de comorbidités sont données dans le tableau 3.3. Alors que certains médecins traitent des patients de tout âge atteints de CBD (n = 6), la plupart ne traitent pas les nouveau-nés (n = 44) ou les nourrissons (n = 37). De plus, 22 % des répondants traiteraient toutes sortes d’étiologies épileptiques par le CBD. Cependant, la plupart des répondeurs n’utiliseraient pas le CBD pour traiter les patients atteints d’épilepsies génétiques autres que le syndrome de Dravet, l’épilepsie structurelle (à l’exception du syndrome de Lennox-Gastaut) ou pour des épilepsies moins rétractables.

Le cannabidiol dans le traitement de l'épilepsie infantile
tableau des contre-indications possibles.

Une minorité de participants considèrent que l’utilisation inconditionnelle de la CDB pour le traitement de l’épilepsie doit être étayée par les preuves actuelles (n = 3). Cinquante-six pour cent des participants ayant déjà une expertise dans le domaine de la CDB reconnaissent que les données sont limitées mais peuvent néanmoins être suffisantes pour justifier l’utilisation de la CDB. Les autres (n = 30) peuvent utiliser la CDB, soit en dernier recours (n = 16), soit parce qu’ils préfèrent commencer un traitement supervisé avant que les patients ne commencent l’automédication (n = 14), même si les données sont insuffisantes pour recommander un traitement CBD en soi.

Dix pour cent de tous les participants au sondage reçoivent des demandes de renseignements sur le traitement de la CDB de la part des parents et des patients au moins une fois par semaine, 28 % au moins une fois par mois, 38 % plusieurs fois par an et 24 % moins souvent que cela. La plupart des participants discutent de la CDB comme option de traitement seulement si les patients ou leurs parents le demandent, mais 40 % peuvent suggérer activement la CDB comme option de traitement.

Le CBD n’a jamais été utilisé pour traiter l’épilepsie par 55% des participants (85/155). Le manque de preuves convaincantes à l’appui de l’utilisation de la CDB, le manque d’expérience personnelle et la disponibilité limitée pour des raisons juridiques dans certains pays ont été cités comme la principale raison en conséquence (Tableau supplémentaire 1). Cependant, 70 % de ces praticiens envisageraient d’utiliser la CDB si elle était disponible ou autorisée dans leur pays d’exercice ou s’ils avaient la possibilité de se familiariser avec cette option de traitement. Parmi les médecins qui n’utilisaient pas le CBD pour le traitement de l’épilepsie, seulement 28 % prescrivaient des cannabinoïdes pour d’autres affections, notamment la spasticité (n = 22), l’anorexie (n = 3), les troubles neurodégénératifs (n = 2), les troubles moteurs, l’hypersalivation, le syndrome de douleur chronique, la sclérose en plaques et le trouble de régulation autonome (n = 1 chacun). Par contre, parmi les médecins ayant utilisé le CBD pour le traitement de l’épilepsie, 47 % ont prescrit des cannabinoïdes pour d’autres affections, notamment la spasticité (n = 27), la sclérose en plaques (n = 4) ou le trouble d’autorégulation, l’anorexie, les troubles moteurs et dans les scénarios de soins palliatifs (n = 3 chacun).

Selon les participants qui utilisent le CBD, ce cannabinoïde est disponible à des fins médicales en Espagne, en Allemagne, en France, en Autriche, en Autriche, en Suisse et aux Pays-Bas et n’est pas disponible en Belgique avec des données manquantes en Italie. Les coûts de la CDB sont couverts par les prestataires d’assurance maladie en Espagne, en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas, les données manquantes provenant de France, d’Italie et de Belgique. Toutefois, des déclarations contradictoires concernant la disponibilité et le remboursement sont faites par des praticiens de trois pays.


Discussion

Selon notre enquête, près de la moitié des participants ont utilisé ou utilisent la CDB pour traiter l’épilepsie chez les enfants et les adolescents. L’augmentation du taux de prescription de la CDB au cours des dernières années, constatée dans notre enquête, va de pair avec un intérêt croissant pour le cannabis médical en général et la CDB en particulier (1). Cependant, les preuves cliniques à l’appui de son utilisation sont rares et l’expérience individuelle se limite le plus souvent à quelques patients par praticien. Il est intéressant de noter que même les praticiens en dehors des centres spécialisés dans l’épilepsie et des services de neuropatrie utilisent la CBD chez leurs patients. Étant donné le manque d’expérience individuelle approfondie dans le traitement des enfants et des adolescents atteints de CBD, une approche de traitement plus centralisée peut être suggérée et des données de traitement devraient être collectées de manière prospective.

Il a été démontré que le CBD est efficace dans les modèles de crises aiguës et chroniques chez les rongeurs (2, 3). Cependant, les données cliniques solides pour prouver l’efficacité de la CBD, selon le type d’épilepsie, sont limitées (15). Les résultats de deux essais contrôlés randomisés sur le CBD en tant qu’anticonvulsivant d’appoint chez des patients atteints du syndrome de Dravet et de Lennox-Gastaut ont été publiés récemment. Dans les deux essais, la CDB s’est révélée efficace pour réduire la fréquence des crises convulsives ou des crises de chute respectivement (10, 11).

Des études ouvertes (8, 9), d’observation (16) et rétrospectives (5-7) indiquent que d’autres formes d’épilepsies intraitables peuvent également répondre à la CDB. Toutefois, ces observations sont limitées pour diverses raisons (1). Par conséquent, la plupart des répondants à notre enquête n’ont pas considéré que les épilepsies structurelles ou génétiques autres que le syndrome de Dravet et de Lennox-Gastaut pouvaient être traitées par la CDB. Il n’est pas surprenant, compte tenu des données limitées, que les participants à l’enquête préfèrent ne traiter que les patients présentant une pharmacorésistance prouvée, lorsque les autres options thérapeutiques sont épuisées ou ne semblent pas appropriées.

Les essais contrôlés randomisés se concentrent principalement sur la maîtrise des crises comme principal critère de résultat, ce qui implique que la maîtrise des crises est le principal objectif du traitement (10, 11). Cependant, les enquêtes auprès des parents et les rapports de cas suggèrent que du point de vue du patient, d’autres effets du traitement de la CDB, par exemple l’amélioration du sommeil ou du comportement, peuvent être considérés comme un objectif de traitement tout aussi bénéfique (5, 7, 9). Les aspects susmentionnés peuvent nuire à la qualité de vie autant que les crises elles-mêmes (17) et peuvent être sensibles à au cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile (18). Il est donc intéressant de noter que, de l’avis de nos participants, l’amélioration de la qualité de vie du patient était encore plus importante que la réduction des crises lors de l’instauration de cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile. Toutefois, cela peut s’expliquer en partie par les attentes limitées du praticien en ce qui concerne la maîtrise des crises dans la population respective de patients et nous ne pouvons pas fournir d’information sur la prise de décision en fonction des données individuelles des patients. Néanmoins, l’amélioration de la qualité de vie des patients semble être l’un des principaux motifs d’initiation d’un traitement de la CDB et devrait être inclus comme critère de résultat dans les futurs essais sur la CDB (19).

Les deux principaux composants neuroactifs de la plante de cannabis parmi plus de cent cannabinoïdes différents sont le delta9-tétrahydrocannabinol (THC) et le CBD (20). Ce dernier cannabinoïde est utilisé par la plupart des participants. Alors que l’Agence européenne des médicaments (EMA) attend l’approbation d’un produit pharmaceutique purifié à base de CBD, le CBD purifié n’est actuellement disponible que sous forme de préparation délivrée par une pharmacie individuelle dans certains pays européens ou même interdite dans d’autres. C’est peut-être la raison pour laquelle il faut utiliser des préparations en vente libre, comme l’ont signalé certains participants, mais les raisons ne sont donc pas élucidées par notre enquête. Les huiles de chanvre enrichies en CBD sont des mélanges d’extraits de cannabis, vraisemblablement avec une teneur plus élevée en CBD, et sont librement disponibles comme supplément alimentaire. Toutefois, les concentrations de CBD dans ces préparations ne sont pas normalisées. Les contrôles de qualité ont révélé de faibles concentrations de CBD, susceptibles d’affecter l’efficacité anticonvulsive de la préparation, et ont révélé des concentrations accrues de THC dans une grande proportion des échantillons d’huile de chanvre (21). Par conséquent, lorsqu’on a l’intention d’entreprendre un traitement à base de CBD, il n’existe actuellement aucune alternative disponible pour les préparations de CBD purifiées distribuées individuellement.

Les données précliniques sur le THC s’avèrent anticonvulsivantes (22), ainsi que proconvulsivantes (23) et effets indésirables sur le fonctionnement neurocognitif (24). Les données cliniques montrent des effets structuraux et fonctionnels néfastes résultant de l’utilisation à long terme du THC (25, 26). Néanmoins, l’utilisation de préparations contenant du THC est toujours signalée dans notre enquête. Contrairement au CBD, l’association du THC et du CBD (par ex. Sativex®) et du dronabinol, une préparation synthétique de THC (par ex. Marinol®), sont des produits pharmaceutiques approuvés par l’EMA. Cela peut faciliter son utilisation et l’approbation du remboursement par les fournisseurs de soins de santé. Comme on ne dispose pas de données cliniques sur l’innocuité et l’efficacité des huiles de THC ou de chanvre pour le traitement de l’épilepsie infantile, ces préparations ne sont pas recommandées.

Les participants à notre enquête ont signalé une vaste gamme de doses de CBD allant de < 10 mg/kg à 50 mg/kg de poids corporel par jour pour leur dosage avec le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile.  La dose qui s’est avérée efficace dans deux essais contrôlés randomisés était de 20 mg/kg, mais les essais ouverts suggèrent que les patients individuels ont eu besoin de doses beaucoup plus élevées allant jusqu’à 50 mg/kg pour obtenir une réponse (8). Toutefois, la posologie peut dépendre de plusieurs facteurs, comme l’étiologie de l’épilepsie, les types de crises, l’âge du patient et les comédications (7, 8, 27). En l’absence de données, il est impossible de définir une dose maximale admissible et des doses de CBD allant jusqu’à 50 mg/kg se sont révélées sûres (8, 28). Les données à long terme sur l’utilisation de la CDB sont également limitées (29). Par conséquent, il n’y a pas de délai défini qui puisse être qualifié d’échec du traitement de la CDB, ce qui se reflète dans les opinions divergentes du participant quant au moment où il doit interrompre un traitement de la CDB.

La majorité des participants à notre enquête réduiraient le clobazam lorsqu’ils entreprendraient un traitement à la CDB. Bien que l’inhibition du CBD du cytochrome P450 ait démontré des interactions pertinentes avec d’autres anticonvulsivants dans des études précliniques (30-32), la seule interaction cliniquement pertinente consiste à augmenter les concentrations plasmatiques du métabolite actif du clobazam, le N-desmethyl-clobazam (8, 33-35). Cette interaction serait en partie responsable de l’effet anticonvulsivant de la CBD mais aussi de l’augmentation de la sédation (8, 27, 33). Des taux élevés d’aminotransférases pendant le traitement avec le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile seraient presque exclusivement attribuables à un traitement concomitant par le valproate (10, 33, 34). Néanmoins, les enzymes hépatiques sont systématiquement mesurées par la plupart des participants, sans égard à la comédication. Les préparations purifiées de CBD augmentent les taux sériques d’une manière proportionnelle à la dose (33). Cependant, la pharmacocinétique de différentes préparations de CBD ou de différentes voies d’application et les corrélations entre les taux sériques de CBD et les effets anti-épileptiques ou les effets secondaires n’ont pas été pleinement établies (36, 37). Par conséquent, presque aucun des participants ne mesure les concentrations sériques de CBD.

Il existe plusieurs enquêtes sur l’opinion des patients ou des parents concernant le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile par la CBD (38-41), mais une seule qui inclut des professionnels de la santé. Dans cette enquête, 52 % des épileptologues et des neurologues généralistes déconseilleraient la consommation de marijuana à des fins médicales même dans les cas graves d’épilepsie (14). En revanche, selon notre enquête, la grande majorité utilise ou envisagerait d’utiliser le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile dans certaines circonstances, et seule une minorité s’abstiendrait de l’utiliser (n = 25). Cela peut indiquer un changement d’attitude à l’égard d’un traitement de l’épilepsie à base de cannabinoïdes chez les praticiens qui traitent les enfants et les adolescents atteints d’épilepsie.

Selon notre enquête, la plupart des participants reçoivent régulièrement des demandes de renseignements sur le traitement de la CDB. Il est intéressant de noter qu’environ 40 % seulement recommanderaient un traitement actif de la CDB, alors que la majorité d’entre eux ne discutent de cette option de traitement que sur demande des patients ou de leurs parents. D’après notre expérience, les familles à la recherche d’autres options de traitement sont accablées par une longue histoire de crises, d’effets secondaires et de complications. Dans une enquête nationale australienne sur l’usage médicinal du cannabis pour l’épilepsie, une proportion significative d’enfants et d’adultes épileptiques commençaient à prendre des produits à base de cannabis sans surveillance médicale, ce qui a même entraîné une réduction sans surveillance du traitement antiépileptique concomitant (41).

Par conséquent, selon notre enquête, certains participants préfèrent commencer avec le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile même s’ils ne sont pas convaincus de son efficacité que de voir des patients l’utiliser sans surveillance médicale. Cependant, la décision de commencer le traitement de la CDB est principalement prise au cas par cas et la plupart des patients de nos participants sont traités en dehors des essais cliniques.

Il est intéressant de noter qu’un nombre substantiel de réponses sur la disponibilité spécifique de leur pays et les réglementations concernant le remboursement de la CDB étaient contradictoires. Cela est conforme aux résultats d’une enquête américaine sur l’utilisation du cannabis à des fins médicales chez les patients atteints de cancer. Seulement 5 % des oncologues pédiatriques connaissaient la réglementation propre à leur état à cet égard (42). Cela peut indiquer la nécessité de fournir des informations adéquates aux prestataires de soins de santé étant donné les différences frappantes entre les pays européens en matière de réglementation, de disponibilité et de couverture des coûts des cannabinoïdes médicaux en général et de la CDB en particulier (12).

Compte tenu des pratiques très différentes concernant les indications et les limites, le choix de la préparation, la posologie et la surveillance révélées par notre enquête, des directives officielles pour l’utilisation de la CBD dans Le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile semblent souhaitables pour harmoniser et éventuellement améliorer son utilisation.

Il y a plusieurs limites à notre enquête. Comme il s’agissait d’une enquête à accès libre, nous ne pouvons pas générer de taux de réponse. Nous avons compté sur les participants pour qu’ils nous répondent honnêtement et complètement. Le nombre et le pourcentage de prescripteurs de la CDB peuvent être surestimés par un biais de participation, qui peut être indiqué par une variation substantielle des réponses entre pays. De plus, nous n’avons pas été en mesure de faire le lien entre le nombre de participants et le nombre total de médecins qui traitent des enfants et des adolescents atteints de CBD dans les pays participants. Par conséquent, nous ne pouvons pas dresser un tableau représentatif de l’ampleur de l’utilisation de la CDB dans les pays participants. Ces aspects doivent être pris en compte dans l’interprétation de nos constatations.

Néanmoins, nous avons présenté un large aperçu de certains aspects de l’utilisation de la CDB par les experts européens de l’épilepsie infantile et avons mis en évidence plusieurs limites à son utilisation dans la pratique clinique.


Conclusions de l’étude sur le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile

Le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile  semble être de plus en plus utilisée par les participants à notre enquête, mais l’expérience individuelle reste limitée. Les opinions divergent quant à l’utilisation de la CDB pour traiter l’épilepsie chez les enfants et les adolescents et quant à plusieurs aspects de la prise en charge du traitement de la CDB.

Considérations éthiques de l’étude sur le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile

Cette étude a été approuvée par le Comité d’éthique de l’Université Albert-Ludwigs-Fribourg, Allemagne (n° 68/18).

Contributions des auteurs

KK a conceptualisé et conçu le questionnaire, recueilli les données de contact, réalisé l’enquête, analysé les données et rédigé le manuscrit initial. VA-A a contribué à la collecte de données et a révisé le manuscrit. L’AS-B a contribué à la conception du questionnaire et a révisé le manuscrit. JJ a contribué à la conception du manuscrit, à la collecte des données de contact et à la révision du manuscrit. Tous les auteurs ont donné leur approbation finale à la version qui sera publiée. Tous les auteurs acceptent d’être responsables du contenu de l’œuvre.

Déclaration de conflit d’intérêts

Les auteurs déclarent que la recherche a été menée en l’absence de toute relation commerciale ou financière qui pourrait être interprétée comme un conflit d’intérêts potentiel.

Remerciements

Les auteurs sont redevables aux participants à cette enquête.

Auteurs

Kerstin A. Klotz,1,* Andreas Schulze-Bonhage,1 Victoria San Antonio-Arce,2 and Julia Jacobs1

Références pour l’étude sur le cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile

1. Perucca E. Cannabinoids in the treatment of epilepsy: hard evidence at last? J Epilepsy Res. (2017) 7:61–76. 10.14581/jer.17012 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
2. Jones NA, Glyn SE, Akiyama S, Hill TDM, Hill AJ, Weston SE, et al. . Cannabidiol exerts anti-convulsant effects in animal models of temporal lobe and partial seizuresSeizure (2012) 21:344–52. 10.1016/j.seizure.2012.03.001 [PubMed] [CrossRef[]
3. Klein BD, Jacobson CA, Metcalf CS, Smith MD, Wilcox KS, Hampson AJ, et al. . Evaluation of cannabidiol in animal seizure models by the epilepsy therapy screening program (ETSP)Neurochem Res. (2017) 42:1939–48. 10.1007/s11064-017-2287-8 [PubMed] [CrossRef[]
4. Blair RE, Deshpande LS, DeLorenzo RJ. Cannabinoids: is there a potential treatment role in epilepsy?Expert Opin Pharmacother. (2015) 16:1911–4. 10.1517/14656566.2015.1074181 [PMC free article][PubMed] [CrossRef[]
5. Press CA, Knupp KG, Chapman KE. Parental reporting of response to oral cannabis extracts for treatment of refractory epilepsyEpilepsy Behav EB (2015) 45:49–52. 10.1016/j.yebeh.2015.02.043 [PubMed] [CrossRef[]
6. Treat L, Chapman KE, Colborn KL, Knupp KG. Duration of use of oral cannabis extract in a cohort of pediatric epilepsy patientsEpilepsia (2017) 58:123–7. 10.1111/epi.13617 [PubMed] [CrossRef[]
7. Tzadok M, Uliel-Siboni S, Linder I, Kramer U, Epstein O, Menascu S, et al. . CBD-enriched medical cannabis for intractable pediatric epilepsy: the current Israeli experienceSeizure (2016) 35:41–4. 10.1016/j.seizure.2016.01.004 [PubMed] [CrossRef[]
8. Devinsky O, Marsh E, Friedman D, Thiele E, Laux L, Sullivan J, et al. . Cannabidiol in patients with treatment-resistant epilepsy: an open-label interventional trialLancet Neurol. (2016) 15:270–78. 10.1016/S1474-4422(15)00379-8 [PubMed] [CrossRef[]
9. Hess EJ, Moody KA, Geffrey AL, Pollack SF, Skirvin LA, Bruno PL, et al. . Cannabidiol as a new treatment for drug-resistant epilepsy in tuberous sclerosis complexEpilepsia (2016) 57:1617–24. 10.1111/epi.13499 [PubMed] [CrossRef[]
10. Devinsky O, Cross JH, Wright S. Trial of cannabidiol for drug-resistant seizures in the Dravet syndromeN Engl J Med. (2017) 377:699–700. 10.1056/NEJMc1708349 [PubMed] [CrossRef[]
11. Thiele EA, Marsh ED, French JA, Mazurkiewicz-Beldzinska M, Benbadis SR, Joshi C, et al. . Cannabidiol in patients with seizures associated with Lennox-Gastaut syndrome (GWPCARE4): a randomised, double-blind, placebo-controlled phase 3 trialLancet (2018) 391:1085–96. 10.1016/S0140-6736(18)30136-3 [PubMed] [CrossRef[]
12. Krcevski-Skvarc N, Wells C, Häuser W. Availability and approval of cannabis-based medicines for chronic pain management and palliative/supportive care in Europe: a survey of the status in the chapters of the European Pain FederationEur J Pain Lond Engl. (2018) 22:440–54. 10.1002/ejp.1147 [PubMed] [CrossRef[]
13. Ebert T, Zolotov Y, Eliav S, Ginzburg O, Shapira I, Magnezi R. Assessment of Israeli physicians’ knowledge, experience and attitudes towards medical cannabis: a pilot studyIsr Med Assoc J IMAJ (2015) 17:437–41. [PubMed[]
14. Mathern GW, Beninsig L, Nehlig A. Fewer specialists support using medical marijuana and CBD in treating epilepsy patients compared with other medical professionals and patients: result of Epilepsia’s surveyEpilepsia (2015) 56:1–6. 10.1111/epi.12843 [PubMed] [CrossRef[]
15. Gloss D, Vickrey B. Cannabinoids for epilepsyCochrane Database Syst Rev. (2014) CD009270. 10.1002/14651858.CD009270.pub3 [PubMed] [CrossRef[]
16. Gofshteyn JS, Wilfong A, Devinsky O, Bluvstein J, Charuta J, Ciliberto MA, et al. . Cannabidiol as a potential treatment for febrile infection-related epilepsy syndrome (FIRES) in the acute and chronic phasesJ Child Neurol. (2017) 32:35–40. 10.1177/0883073816669450 [PubMed] [CrossRef[]
17. Wheless JW. Intractable epilepsy: a survey of patients and caregiversEpilepsy Behav EB (2006) 8:756–64. 10.1016/j.yebeh.2006.03.010 [PubMed] [CrossRef[]
18. Rosenberg EC, Patra PH, Whalley BJ. Therapeutic effects of cannabinoids in animal models of seizures, epilepsy, epileptogenesis, and epilepsy-related neuroprotectionEpilepsy Behav EB (2017) 70:319–27. 10.1016/j.yebeh.2016.11.006 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
19. Murugupillai R, Ranganathan SS, Wanigasinghe J, Muniyandi R, Arambepola C. Development of outcome criteria to measure effectiveness of antiepileptic therapy in childrenEpilepsy Behav EB (2018) 80:56–60. 10.1016/j.yebeh.2017.12.011 [PubMed] [CrossRef[]
20. ElSohly MA, Radwan MM, Gul W, Chandra S, Galal A. Phytochemistry of Cannabis sativa LProg Chem Org Nat Prod. (2017) 103:1–36. 10.1007/978-3-319-45541-9_1 [PubMed] [CrossRef[]
21. Carcieri C, Tomasello C, Simiele M, De Nicolò A, Avataneo V, Canzoneri L, et al. . Cannabinoids concentration variability in cannabis olive oil galenic preparationsJ Pharm Pharmacol. (2018) 70:143–9. 10.1111/jphp.12845 [PubMed] [CrossRef[]
22. Wada JA, Wake A, Sato M, Corcoran ME. Antiepileptic and prophylactic effects of tetrahydrocannabinols in amygdaloid kindled catsEpilepsia (1975) 16:503–10. 10.1111/j.1528-1157.1975.tb06080.x [PubMed] [CrossRef[]
23. Chiu P, Olsen DM, Borys HK, Karler R, Turkanis SA. The influence of cannabidiol and delta 9-tetrahydrocannabinol on cobalt epilepsy in ratsEpilepsia (1979) 20:365–75. 10.1111/j.1528-1157.1979.tb04816.x [PubMed] [CrossRef[]
24. Myers AM, Siegele PB, Foss JD, Tuma RF, Ward SJ. Single and combined effects of plant-derived and synthetic cannabinoids on cognition and cannabinoid-associated withdrawal signs in miceBr J Pharmacol. (2018) [Epub ahead of print]. 10.1111/bph.14147. [PubMed] [CrossRef[]
25. Shollenbarger SG, Price J, Wieser J, Lisdahl K. Impact of cannabis use on prefrontal and parietal cortex gyrification and surface area in adolescents and emerging adultsDev Cogn Neurosci. (2015) 16:46–53. 10.1016/j.dcn.2015.07.004 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
26. Lorenzetti V, Solowij N, Yücel M. The role of cannabinoids in neuroanatomic alterations in cannabis usersBiol Psychiatry (2016) 79:e17–31. 10.1016/j.biopsych.2015.11.013 [PubMed] [CrossRef[]
27. Porcari GS, Fu C, Doll ED, Carter EG, Carson RP. Efficacy of artisanal preparations of cannabidiol for the treatment of epilepsy: practical experiences in a tertiary medical centerEpilepsy Behav EB (2018) 80:240–46. 10.1016/j.yebeh.2018.01.026 [PubMed] [CrossRef[]
28. Bergamaschi MM, Queiroz RHC, Zuardi AW, Crippa JAS. Safety and side effects of cannabidiol, a Cannabis sativa constituentCurr Drug Saf. (2011) 6:237–49. 10.2174/157488611798280924 [PubMed] [CrossRef[]
29. Iffland K, Grotenhermen F. An update on safety and side effects of cannabidiol: a review of clinical data and relevant animal studiesCannabis Cannabinoid Res. (2017) 2:139–54. 10.1089/can.2016.0034 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
30. Consroe PF, Wolkin AL. Anticonvulsant interaction of cannabidiol and ethosuximide in ratsJ Pharm Pharmacol. (1977) 29:500–1. 10.1111/j.2042-7158.1977.tb11378.x [PubMed] [CrossRef[]
31. Consroe P, Wolkin A. Cannabidiol-antiepileptic drug comparisons and interactions in experimentally induced seizures in ratsJ Pharmacol Exp Ther. (1977) 201:26–32. [PubMed[]
32. Chesher GB, Jackson DM, Malor RM. Interaction of delta9-tetrahydrocannabinol and cannabidiol with phenobarbitone in protecting mice from electrically induced convulsionsJ Pharm Pharmacol. (1975) 27:608–9. 10.1111/j.2042-7158.1975.tb09515.x [PubMed] [CrossRef[]
33. Devinsky O, Patel AD, Thiele EA, Wong MH, Appleton R, Harden CL, et al. . Randomized, dose-ranging safety trial of cannabidiol in Dravet syndromeNeurology (2018) 90:e1204–11. 10.1212/WNL.0000000000005254 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
34. Gaston TE, Bebin EM, Cutter GR, Liu Y, Szaflarski JP, UAB CBD Program. Interactions between cannabidiol and commonly used antiepileptic drugsEpilepsia (2017) 58:1586–92. 10.1111/epi.13852 [PubMed] [CrossRef[]
35. Geffrey AL, Pollack SF, Bruno PL, Thiele EA. Drug-drug interaction between clobazam and cannabidiol in children with refractory epilepsyEpilepsia (2015) 56:1246–51. 10.1111/epi.13060 [PubMed] [CrossRef[]
36. Atsmon J, Cherniakov I, Izgelov D, Hoffman A, Domb AJ, Deutsch L, et al. . PTL401, a new formulation based on pro-nano dispersion technology, improves oral cannabinoids bioavailability in healthy volunteersJ Pharm Sci. (2017) 107:1423–9. 10.1016/j.xphs.2017.12.020 [PubMed] [CrossRef[]
37. Atsmon J, Heffetz D, Deutsch L, Deutsch F, Sacks H. Single-dose pharmacokinetics of oral Cannabidiol following administration of PTL101: a new formulation based on gelatin matrix pellets technologyClin Pharmacol Drug Dev. (2017). [Epub ahead of print]. 10.1002/cpdd.408. [PubMed] [CrossRef[]
38. Aguirre-Velázquez CG. Report from a survey of parents regarding the use of Cannabidiol (medicinal cannabis) in Mexican children with refractory epilepsyNeurol Res Int. (2017) 2017:2985729. 10.1155/2017/2985729 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
39. Porter BE, Jacobson C. Report of a parent survey of cannabidiol-enriched cannabis use in pediatric treatment-resistant epilepsyEpilepsy Behav EB (2013) 29:574–7. 10.1016/j.yebeh.2013.08.037 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
40. Hussain SA, Zhou R, Jacobson C, Weng J, Cheng E, Lay J, et al. . Perceived efficacy of cannabidiol-enriched cannabis extracts for treatment of pediatric epilepsy: a potential role for infantile spasms and Lennox-Gastaut syndromeEpilepsy Behav EB (2015) 47:138–41. 10.1016/j.yebeh.2015.04.009 [PubMed] [CrossRef[]
41. Suraev AS, Todd L, Bowen MT, Allsop DJ, McGregor IS, Ireland C, et al. . An Australian nationwide survey on medicinal cannabis use for epilepsy: history of antiepileptic drug treatment predicts medicinal cannabis useEpilepsy Behav EB (2017) 70:334–40. 10.1016/j.yebeh.2017.02.005 [PubMed] [CrossRef[]
42. Ananth P, Ma C, Al-Sayegh H, Kroon L, Klein V, Wharton C, et al. . Provider perspectives on use of medical marijuana in children with CancerPediatrics (2018) 141:e20170559: 10.1542/peds.2017-0559 [PMC free article] [PubMed] [CrossRef[]
Source :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6143823/
Traduit de l’anglais par nos soins. Les opinions, résultats ou recommandations présentées dans cette étude n’engagent que leurs auteurs respectifs.