Calamintha

Originaire du bassin méditerranéen et utilisée depuis l’antiquité par les Grecs et Romains, cette plante de la famille des Lamiacées est surtout réputée pour des vertus de stimulant énergétique et intellectuel ainsi que sur les sphères respiratoires, digestives, musculaires, gynécologiques et cutanées.
Comme son nom latin l’indique (Mentheae Clinopodium) elle dégage un subtil parfum de menthe… (lire la suite)

Nom Latin :

Mentheae Clinopodium

Autres noms vernaculaires :

Népéta

Partie de la plante & Forme : Parties aériennes séchées
Culture & récolte : Culture raisonnée – Récolte manuelle
Origine : Portugal
Principales sphères d’action : Stimulant énergétique, intellectuel, respiratoire et pulmonaire, digestive, musculaire, gynécologique, cutanée
Intensité des arômes : ■■■■■
Conditionnement : Sachet Kraft
Modes d’emploi :

Ce produit n’est ni un médicament, ni un complément alimentaire et ne peut être destiné à de l’automédication. Herborisia propose des produits naturels aromatiques et décoratifs en guise de témoignage des usages traditionnels d’herboristeries ancestrales de tribus et de civilisations anciennes. Consultez ici le contrat qui vous engage lors de l’achat d’un produit naturel chez Herborisia.

  • 100g (0,10 €/g)
Effacer

Gagnez jusqu'à 5 SweetPoints.

Description

Le Calamintha

Le Calamintha (ou Calament) est une plante herbacée vivace appartenant à la famille des Lamiaceae, originaire d’Europe et d’Asie de l’Ouest.
Il est également connu sous le nom de “nepeta” ou “menthe des champs”.
Il a été utilisé à des fins médicinales depuis l’Antiquité grâce aux propriétés anti-inflammatoires et analgésiques qu’on lui confère.
Elle aiderait à soulager les douleurs articulaires et musculaires, ainsi qu’à réduire l’enflure et l’irritation. Elle serait également efficace dans l’amélioration du traitement des troubles respiratoires tels que la toux et l’asthme.

Il est important de noter que le Calamintha peut avoir des effets secondaires et des interactions médicamenteuses potentiels, il est donc important de consulter un professionnel de santé avant de l’utiliser.

La composition et les bienfaits du Calamintha…

Le Calamintha (Calamintha officinalis ou Calamintha nepeta) est une plante médicinale qui contient des composés tels que :

  • des huiles essentielles
  • des flavonoïdes
  • des tanins
  • des iridoïdes.
  • des acides phénoliques et des terpénoïdes qui sont les principaux composés actifs.

Les principaux bienfaits du Calamintha seraient :

  • la réduction de l’inflammation et soulagement de la douleur grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.
  • le traitement des douleurs articulaires et musculaires, comme la fibromyalgie, l’arthrite et le lumbago.
  • le traitement des troubles respiratoires tels que la toux et l’asthme, en raison de ses propriétés expectorantes et mucolytiques qui aideraient à dégager les voies respiratoires.
  • le traitement des troubles digestifs tels que les crampes d’estomac, les nausées et les vomissements.
  • le traitement les troubles de la ménopause, car il a des propriétés phyto-œstrogènes qui aideraient à réguler les niveaux d’hormones.

Il est important de noter que le Calamintha peut avoir des effets secondaires et des interactions médicamenteuses potentiels, il est donc important de consulter un professionnel de santé avant de l’utiliser, en particulier si vous prenez des médicaments pour traiter des troubles de la santé chroniques.

Un peu d’histoire et quelques anecdotes sur le Calamintha…

Plante herbacée d’apparence similaire à l’Origan, du moins avant la floraison, le Calament exhale une odeur mentholée, mais moins franche que celle de la Menthe, de laquelle le Calament se rapproche également, comme nous le laissent deviner ses noms latin et vernaculaire.
Calamintha est un mot qu’on scinde généralement en deux racines grecques : « kala », qui veut dire « belle », « excellente », et « mintha », la « menthe », donc. Le Calament serait donc la belle Menthe…
Il était un simple(*) particulièrement renommé non seulement dans l’Antiquité gréco-romaine, mais aussi durant une large partie du Moyen âge. D’après Dioscoride, médecin et apothicaire grec de l’Antiquité, le Calament serait bénéfique aux déchirures musculaires, aux meurtrissures, ainsi qu’aux spasmes. Il serait aussi doté de vertus diurétique et stomachique, et enrayerait frisson et tremblement survenant au début d’une fièvre.
Galien, plus grand médecin (grec) de l’Antiquité après Hippocrate, prescrivait le Calament pour soigner la goutte sciatique, déclencher la sudation dans les cas de fièvre périodique, provoquer les menstrues, éliminer les sérosités dans les cas d’éléphantiasis, atténuer l’asthme, purger dans les cas d’ictère dû à une congestion du foie, traiter les morsures d’animaux venimeux et anéantir les vers colonisant les intestins ou les oreilles.
Le Calament entrait dans la composition de l’Eau d’Arquebuse, alcoolature vulnéraire datant de la fin de la Renaissance et issue du monastère Saint-Antoine-le-Grand, en Vercors. Celle-ci était alors destinée au soin des blessures d’arquebuse, dont les plaies ne cicatrisaient que difficilement. Elle est aujourd’hui vendue sous forme de spiritueux, à siroter comme digestif.

(*) L’expression « les simples » désigne les plantes à usage médicinal, et plus familièrement celles utilisées en tisane.

Il y a plusieurs anecdotes intéressantes sur le Calament :

Dans la mythologie grecque, le Calament était considéré comme une plante sacrée dédiée à la déesse de l’amour Aphrodite. Il était également utilisé comme plante d’amour et de fécondité.

Dans la tradition populaire, il était souvent utilisé pour repousser les mauvais esprits et les mauvais sorts. Il était également utilisé pour protéger les maisons et les fermes contre les incendies.

En médecine traditionnelle chinoise, il était utilisé pour traiter les problèmes de circulation sanguine et pour soulager les douleurs articulaires et musculaires.

Il est également utilisé dans la médecine ayurvédique pour traiter les troubles digestifs, les maux de tête et les troubles respiratoires.

Ses feuilles sont utilisées en cuisine pour aromatiser les plats et les boissons, elles sont ajoutées aux soupes, salades, et sauces.

En aromathérapie, l’huile essentielle de Calament est utilisée pour soulager les douleurs articulaires et musculaires, et pour réduire l’inflammation.

Il est important de noter que ces anecdotes ne sont pas scientifiquement prouvées, mais elles montrent l’utilisation traditionnelle de cette plante. Il est important de consulter un professionnel de santé avant d’utiliser cette plante pour traiter un trouble de santé particulier.

Recommandations d'usage

Précautions d’usage
Par principe de précaution, déconseillé en cas de grossesse, d’allaitement (du fait de la présence, certes minime, de cétones, potentiellement neurotoxiques et abortives).
Des sujets peuvent faire l’expérience d’un effet un peu trop énergisant, particulièrement ceux qui sont très sensibles à tout type d’excitant.

Voie interne – INFUSION Calamintha 3

Mettre les fleurs dans un filtre à tisane (plutôt qu’une boule de métal afin de ne pas les oxyder) ou directement dans la théière.
Verser de l’eau bouillante, couvrir et laisser infuser de 5 à 10 minutes.
Retirer le filtre contenant les plantes ou filtrer, puis déguster à la température souhaitée 2 à 4 fois par jour.

Les cures de plantes sont généralement de 21 jours, nos cellules se régénérant pour la plupart toutes les 3 semaines, c’est la durée idéale pour agir en fond sur nos organes.

Voie interne – INGESTION Calamintha 4

Hachée menue dans une préparation culinaire

Voie externe – APPLICATION CUTANÉE Calamintha 5

Compresses de tisane refroidie à laisser agir localement une quinzaine de minutes, ou mélangée à une huile de massage.

Voie interne – INHALATION Calamintha 6

Effriter en petits morceaux et copeaux à incorporer dans un autre mélange ou pur en vaporisateur ou pour combustion.

Contre-indications

Il y a quelques contre-indications potentielles à prendre en compte lors de l’utilisation du Calamintha :

  • Grossesse et allaitement : Il n’y a pas assez de données sur l’innocuité de l’utilisation de Calament pendant la grossesse et l’allaitement, il est donc préférable d’éviter de l’utiliser pendant ces périodes.
  • Interactions médicamenteuses : Le Calament peut interagir avec certains médicaments, tels que les anticoagulants et les médicaments antiplaquettaires, en augmentant le risque de saignements.
    Il est donc important de consulter un professionnel de santé avant de l’utiliser si vous prenez des médicaments de ce type.
  • Allergies : Certaines personnes peuvent être allergiques à certaines plantes de la famille des Lamiaceae, donc il est important de faire un test de patch cutané avant de l’utiliser.
  • Autres : Il est déconseillé de consommer de grandes quantités de Calament si vous avez des problèmes de foie ou de reins, ou si vous êtes atteint d’un trouble hépatique ou rénal.

Nous vous rappelons qu’il est important de consulter un professionnel de santé avant de prendre tout complément alimentaire ou plante médicinale, surtout si vous avez des problèmes de santé existants, pour éviter tout risque d’interaction ou d’effet secondaire indésirable.

Conservation

Recommandation : A conserver à l’abri de l’humidité, de la chaleur et de la lumière.

Durée de conservation : 1 an

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Calamintha”