L’Anandamide, molédule du plaisir produite par votre corps

L'Anandamide, molédule du plaisir produite par votre corps 1

Le système endocannabinoïde (ECS) est un réseau complexe de récepteurs, de molécules et d’enzymes qui travaillent ensemble pour aider à maintenir l’équilibre cellulaire, ou homéostasie, dans notre corps. Cet équilibre permet aux cellules, aux organes et aux systèmes de fonctionner de façon optimale. Les humains et les vertébrés ont tous un système endocannabinoïde qui a évolué en nous avec le temps.

La découverte du système endocannabinoïde dans notre corps est le résultat d’une tentative des scientifiques de comprendre les effets du cannabis sur le corps humain. Grâce à la recherche, on a découvert que les cannabinoïdes existent à l’extérieur de notre corps (de façon exogène), comme le THC et le CBD, qui se trouvent dans le cannabis, et que notre corps produit ses propres cannabinoïdes (de façon endogène).

Les cannabinoïdes endogènes sont la clé d’un réseau de récepteurs en nous et ont le potentiel de débloquer des propriétés impressionnantes. Ils aident notre corps à réguler un certain nombre de fonctions comme l’appétit, le sommeil, la régulation de l’humeur, la neuro-protection et la fonction immunitaire.

Qu’est-ce que le système endocannabinoïde et quel est son rôle ?

L’un de ces cannabinoïdes endogènes est l’anandamide, qui est un pilier important de notre système endocannabinoïde. Dans notre corps, il se comporte de la même façon que les cannabinoïdes du cannabis, alimentant notre système endocannabinoïde pour qu’il puisse remplir sa fonction cruciale d’homéostasie.

Qu’est-ce que l’anandamide ?

euphorie du coureur
L’euphorie du coureur

Le mot “anandamide” vient du sanskrit “ananda”, qui signifie en gros “félicité” ou “joie”, une indication des propriétés du cannabinoïde comme stimulant de l’humeur. Aussi appelé N-arachidonoylethanolamine (AEA), l’anandamide interagit avec les récepteurs CB de l’organisme comme les cannabinoïdes comme le THC. Il s’agit d’un neurotransmetteur et d’un agent liant les récepteurs cannabinoïdes qui sert de messager de signaux pour les récepteurs CB situés dans le corps.

L’estimé chimiste Raphael Mechoulam, connu pour ses recherches pharmacologiques révolutionnaires sur les cannabinoïdes (y compris la découverte du delta-9-THC dans les années 1960), a découvert l’anandamide en tentant de répondre à cette question : Pourquoi notre corps contient-il des récepteurs cannabinoïdes capables de se lier à des cannabinoïdes externes ou à des cannabinoïdes comme le THC ou le CBD ?

Notre corps crée de l’anandamide à la demande, qui peut être utilisé au besoin pour maintenir l’homéostasie. L’anandamide le fait en aidant à réguler l’inflammation et la signalisation neuronale. Lorsqu’il est créé, il se lie principalement à nos récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, tout comme un cannabinoïde comme le THC le ferait lors de l’ingestion. La fragilité moléculaire de l’anandamide se prête assez facilement à la décomposition. Il ne reste pas longtemps dans le corps.

Pourquoi l’anandamide est-il important ?

La capacité de l’anandamide à se lier aux récepteurs CB1 et CB2 peut avoir un impact profond sur une foule de mécanismes physiologiques, notamment la stimulation de l’appétit, les fluctuations de l’humeur, la gestion de la douleur et même la fertilité.

L’activation et la liaison de l’anandamide à nos récepteurs cannabinoïdes résultent de la recherche constante de l’homéostasie par notre corps. Lorsque nos cellules, nos organes et nos systèmes commencent à s’éloigner de leurs points d’équilibre, notre système endocannabinoïde s’active.

Notre corps se déplace pour s’équilibrer dans la “Zone Boucles d’or” (ou homéostasie), où les conditions de nos systèmes doivent être parfaites afin de maintenir une performance cellulaire optimale.

L’anandamide contribue à cette régulation homéostatique en se liant aux récepteurs CB et en favorisant le développement des cellules nerveuses dans le cerveau. Ce processus est connu sous le nom de neurogenèse, ce qui est important parce que la formation de nouvelles cellules nerveuses dans le cerveau est impérative pour des fonctions comme la mémoire et l’apprentissage.

Les bienfaits de l’anandamide

Depuis la découverte de l’anandamide, plusieurs études ont indiqué des résultats intéressants lorsque les sujets sont exposés à des concentrations élevées d’anandamide. Une étude réalisée en 2015 sur des humains et des souris a révélé que des concentrations élevées d’anandamide étaient des catalyseurs de l’amélioration de l’humeur et de la réduction de la peur. Chez la souris comme chez l’humain, l’inhibition de la production des enzymes responsables de la dégradation de l’anandamide a également entraîné une diminution de la peur et de l’anxiété pendant les périodes de menace perçue.

En outre, une étude de 2009 a montré que des taux élevés d’anandamide sont impératifs pour l’ovulation et que la fluctuation de l’anandamide pendant la période de gestation peut affecter le développement fœtal. L’étude a conclu que des taux plus élevés pendant l’ovulation peuvent contribuer à une grossesse réussie.

Des niveaux accrus d’anandamide ont été trouvés dans la circulation sanguine de ceux qui viennent de faire l’objet d’exercices rigoureux, donnant foi à la théorie d’un “high euphorique ” qui accompagne une activité physique vigoureuse et prolongée, aussi connu sous le nom d’euphorie du coureur.

Curieusement, l’anandamide peut également être présent dans les truffes noires, bien que l’on ne sache pas exactement pourquoi ni quel effet biologique les truffes consommatrices peuvent avoir sur l’ECS.

En outre, une étude de 2009 a montré que des taux élevés d’anandamide sont impératifs pour l’ovulation et que la fluctuation de l’anandamide pendant la période de gestation peut affecter le développement fœtal.

 

Traduit et édité de l’anglais – source: leafly.com