Cynorrhodon

Plante buissonnante poussant à l’état spontané dans la nature, particulièrement dans une grande partie de l’hémisphère Nord, l’Églantier, autrement nommé Rosier sauvage (Rosa canina), possède d’étonnants bienfaits, concentrés non seulement dans ses racines et ses feuilles, mais aussi dans ses fruits : les Cynorrhodons, petites bombes de vitamines... (lire la suite)

Nom Latin :

Rosa canina L.

Autres noms vernaculaires :

Rosier des chiens, Rosier des haies, Églantier des chiens, Poil à Gratter, Gratte Cul…

Partie de la plante & Forme : Baies avec graine entières séchées
Culture & récolte : Culture biologique – Récolte manuelle
Origine : Hongrie 🇭🇺
Sphères d’action : Immunitaire, ORL et respiratoire, intestinal, cardio-vasculaire, urinaire, ostéo-articulaire, antioxydant
Intensité des arômes : ■■■
Intensité des effets :
Conditionnement : Sachet Kraft
Numéro de lot : 15CYBB
Modes d’emploi :

Ce produit n’est ni un médicament, ni un complément alimentaire et ne peut être destiné à de l’automédication. Herborisia propose des produits naturels aromatiques et décoratifs en guise de témoignage des usages traditionnels d’herboristeries ancestrales de tribus et de civilisations anciennes. Consultez ici le contrat qui vous engage lors de l’achat d’un produit naturel chez Herborisia.

  • 100g (0,08 €/g)
Effacer

Gagnez jusqu'à 4 SweetPoints.

Description

Cynorrhodon

Plante buissonnante poussant à l’état spontané dans la nature, particulièrement dans une grande partie de l’hémisphère Nord, l’Églantier, autrement nommé Rosier sauvage (Rosa canina), possède d’étonnants bienfaits, concentrés non seulement dans ses racines et ses feuilles, mais aussi dans ses fruits : les Cynorrhodons, petites bombes de vitamines.

Un peu d’histoire…

Certes, les puristes nous opposent que le Cynorrhodon est un pseudo-fruit (ou faux-fruit) ; c’est en fait le réceptacle de la fleur qui devient dur et charnu, et subsiste sur la plante tout l’hiver durant. Il est de couleur rouge orangée une fois parvenu à maturité. Les vrais fruits sont en réalité les akènes (sortes de petites graines) durs qui se trouvent dans le Cynorrhodon et sont entourés du fameux Poil à Gratter. Si on cueille ses Cynorrhodons soi-même, il faut impérativement et soigneusement enlever ces poils urticants(*), sous peine de risquer de malencontreuses démangeaisons là où le soleil ne brille jamais, d’où sa dénomination populaire de Gratte Cul.
Au Moyen âge, la fleur du Rosier sauvage passait pour guérir la tuberculose pulmonaire, et même pour ramener les comateux à la vie !
Aujourd’hui, on la connaît surtout pour sa capacité à élever le moral, pour sa vertu apaisante – luttant efficacement contre l’irritabilité, la colère, l’insomnie et la dépression -, ainsi que pour sa faculté d’atténuer la fatigue, qu’elle soit physique ou psychique.
Mais là où les bienfaits du Rosier sauvage atteignent leur paroxysme, c’est au niveau du fruit, le Cynorrhodon.
Celui-ci a été introduit dans la thérapeutique européenne à la fin du Moyen âge, grâce aux croisés revenant du Moyen-Orient qui en avaient découvert les propriétés dans les traités de médecine arabes.
« Cynorrhodon » vient du grec « kunos », chien, et « rhodon », rose ; ce nom signifie donc « Rose des Chiens » (Rosa canina veut d’ailleurs dire la même chose, mais en latin). Une appellation qui peut paraître bien rude pour une baie si utile…
Elle nous vient du fait que les racines de la plante étaient jadis employées pour combattre la rage que transmettaient les chiens errants. Toutefois, François-Joseph Cazin, médecin français du XIXe siècle à l’origine du « Traité Pratique et Raisonné des Plantes Médicinales Indigènes », se montrait déjà très sceptique quant à cet usage.
Cependant, ce n’est plus là l’atout de ce fruit.
Durant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques, qui étaient en proie aux attaques allemandes et ne pouvaient se procurer des agrumes, faisaient cueillir aux enfants le Cynorrhodon pour garder un apport en vitamine C dans leur nourriture et, ainsi, prévenir le scorbut, véritable fléau des marins d’antan.
Pour la petite anecdote, les Suédois comptent le Cynorrhodon pour l’un des ingrédients principaux de leur soupe nationale, la nyponsoppa.

(*) Quoique le Cynorrhodon doive être mangé tel quel pour une indication, que nous verrons plus loin…

La composition du Cynorrhodon

De par sa composition particulièrement riche, le Cynorrhodon est considéré comme un “super-fruit”.
Ainsi, il renferme :
– des caroténoïdes (dont le β-carotène, ou pro-vitamine A), auxquels le Cynorrhodon doit sa couleur rouge orangée ;
– des flavonoïdes ;
– des acides-alcools ;
– des polyols (dont le D-sorbitol) ;
– des polysaccharides ;
– de la pectine, fibre hydrosoluble (de 20 à 25 %) ;
– des polyprénylquinones (dont la vitamine K) ;
– des tanins catéchiques : proanthocyanidols, catéchols ;
– des acides organiques : vitamine C (de 1 à 2 % de la masse sèche), vitamines B, acides citrique et malique ;
– de la vitamine E, ou tocophérol.

Recommandations d'usage

Voir interne – DÉCOCTION Cynorrhodon 3

Mettre 1 c. à soupe rase de baies concassées pour 1 tasse (= environ 25cl) d’eau froide.
Porter à ébullition l’eau et les plantes et laisser bouillir de 5 à 10 minutes.
Retirer du feu, couvrir et laisser infuser 10 minutes;
Filtrer, puis déguster à la température souhaitée, de 1 à 2 fois par jour.

Voir interne – INGESTION Cynorrhodon 4

Pour un usage alimentaire, réduire en petits morceaux ou en poudre pour incorporer dans votre préparation culinaire ou en soupe.

Conservation

Recommandation : A conserver à l’abri de l’humidité, de la chaleur et de la lumière.

Durée de conservation : 1 an

Traçabilité

Lot en cours : lot 15CYBB

Contre-indications

-Déconseillée chez la femme enceinte/allaitante, les jeunes enfants, les diabétiques, les personnes souffrant d’un trouble de la coagulation sanguine, de calculs rénaux, d’une carence ou d’un excès de fer, déficit en G6PD ou favisme ;

-Attention interactions avec certains médicaments comme l’aspirine, les anticoagulants et les œstrogènes.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Cynorrhodon”